ALEX PERRET

Membre du 2AC Crew

Alex est né en France en 1979. Il décide de franchir les frontières de son pays dès l’obtention de son diplôme universitaire. C’est en Argentine qu’il découvre la photographie, devenant son moyen d’expression. Il interroge et partage le monde qui l’entoure. Pendant quatre ans, le petit village de Purmamarca dans la Cordillère des Andes l’accueille. Cette période révèle en lui un amour pour les gens, grandissant au fil des rencontres, nourrit par la poésie et l’espoir qu’ils véhiculent.

Sa photographie est liée à ses prises de position personnelles et à sa sensibilité, à sa vie intime, à ses voyages et aux relations qu’il lie avec les autres. Il s’agit en somme d’une oeuvre axée sur la vie, le quotidien, ses singularités et ses détails.

A travers ses photos, Alex tente de retranscrire ces instants significatifs et porteurs d’émotion, de nous montrer qu’au-delà de nos différences, nous les Hommes sommes tous un peu les mêmes.

Histoire de cube” : Photografee  nous livre “Histoire de cube“, une oeuvre collaborative réunissant les mains des artistes Caligr, Pesca, Doudou’style, Djalouz et celles d’Alex Perret. La démarche est de travailler à partir des photographie de ce dernier.

Chaque artiste s’empare d’une impression papier d’une photo et l’interprète, la contextualise dans son propre univers. Le visiteur se place devant une des faces du cube pour apprécier l’image et son évolution dans le temps et l’espace. En effet, chaque mur répond au côté du cube qui lui fait face. Les vies des personnages se répondent st se mêlent.  Cette technique élaborée depuis cinq ans, permet une mise en scène des figures, une réinterprétation dans l’espace, en brouillant le spectateur afin qu’il n’arrive plus à distinguer ce qui est de l’ordre de la photo, et ce qui relève de l’univers graphique de chacun.

Le cube conduit à un jeu sur plusieurs plans. Un chemin qui tourne en rond autour de ce centre, un cercle infini. L’intérieur du cube est reflété par le miroir en dessous, invitant le spectateur dans une cinquième dimension, pour déceler l’aspect caché de l’oeuvre.