TETAR

Né en 1977 à Paris, il a passé son enfance à Rennes et réalisé ses études à Toulouse avant de revenir à Paris en 2003. Intéressé très tôt aux arts visuels, ses études se sont orientées dans ce sens (bts graphisme ETPA). Il a ainsi développé un code graphique qui lui est propre, en fonction de ses affinités et de son approche de l’art.

Son travail se situe entre la peinture et l’écriture automatique, le tag, l’art brut, la peinture gestuelle, l’art primitif, l’art aborigène, etc… Il recrée des rituels de peintures, des gestes d’écritures ou de peintures non réfléchis et spontanés, guidés par la gestuelle du corps qui trace et de la surface qui reçoit.

L’approche intellectuel de son travail intervient en amont pour nourrir ses rituels d’influences, d’images, de systèmes d’écriture (pictogrammes, idéogrammes, calligraphies, cryptogrammes etc..).

Son objectif est de rester le plus fidèle possible à mon instinct lors de l’acte de peindre, pour retranscrire au mieux un caractère primaire ou primitif.

Télécharger la bio de TETAR

Syncrétisme” : Les artistes Bault, Popay et Tétar travaillent ensemble en atelier. La familiarité qu’ils ont du travail des uns et des autres leur a permis de réfléchir à l’environnement qu’ils allaient investir pour réaliser une pièce qui devient un ensemble dans le Grand 8.

Les figures totémiques de Bault, symboles de régénération, et les écritures de Tétar, preuves de savoir, entourent la pyramide de Popay, témoin architectural de la vie.

Syncrétisme” est leur première collaboration sur une installation commune.

On retrouve dans cet espace, une atmosphère d’ordre sacré. La pyramide qui est également une tour infinie vue en perspective, rappelle les tombeaux égyptiens, et une idée d’éternité s’en échappe.

Appuyée par les masques tribaux et la typographie fictionnelle des murs, l’installation devient un lieu de culte au vivant et à l’infini. les artistes expérimentent pour tendre vers une forme d’abstraction, éloignée de leur travail habituel.