BOJAN

L’univers de Bojan se compose de figures squelettiques, influencées par les travaux des artistes Mirô, Rothko et Basquiat.

Le mur qu’il a créé au sein du Grand 8 est une frise de la vie vers la mort. On y retrouve son travail du détail et de connexion entre chaque personnages. Avec son mur difforme, qui perd en hauteur, c’est une vie entière qui s’étend sous les yeux du visiteur, un cycle qui se clôt par la mort. Le seul personnage féminin est également la seule figure faite de chaire. Cette femme est l’incarnation du vivant car elle est la seule à pouvoir transmettre la vie.
Le rythme cardiaque dont cette dernière est le point de départ s’amenuise jusqu’à l’épuisement et la mort.
Toutes les figures masculines sont quant à elles des squelettes, des crânes, des corps sans vie.
Tantôt une porte dessinée sur un personnage représente les morts prématurés: accident, suicide, maladie; tantôt des crânes sont l’allégorie de substances qui raccourcissent la vie: alcool, drogue…

Bojan s’inspire de sont support pour créer ses dessins. Il ne travaille pas avec une idée en tête; c’est l’idée qui s’impose à sa main dès qu’il commence à dessiner. Le Grand 8 lui a offert de nouveaux supports et l’utilisation de couleurs dans son univers d’ordinaire en noir et blanc.